Vue d’ensemble des risques et des facteurs de protection pour des bambins touches par la separation et le divorce

Vue d’ensemble des risques et des facteurs de protection pour des bambins touches par la separation et le divorce

3. Association Entre Mes Composantes du Divorce et L’Adaptation des Enfants

  • Page precedente
  • Table des matieres
  • Page suivante

Dans la partie 2, nous avons vu que, meme si la plupart des enfants surmontent le stress associe au divorce de leurs parents, les bambins des familles touchees par un divorce courent un risque plus grand d’eprouver des problemes d’adaptation. Dans la offre part, nous examinons quatre composantes du divorce susceptibles d’augmenter votre risque chez les enfants touches via un divorce, soit :

  • l’absence du parent qui n’a pas la garde;
  • nos relations parents-enfants difficiles;
  • le desavantage economique; et
  • des conflits parentaux.

3.1 Absence du parent n’ayant pas la vais garder

Les parents jouent votre role important aupres des enfants en raison de l’attention, de l’appui ainsi que l’amour qu’ils manifestent a leur endroit ainsi que la supervision qu’ils exercent. Sauf qu’a la suite tout d’un divorce, des enfants ont moins de contact avec le parent non gardien, en general le pere. Une etude a grande echelle menee a toutes les Etats-Unis a permis de constater que, lors des cinq annees precedentes, 23 % des peres n’avaient eu aucun contact avec leurs bambins et que 20 % n’avaient gui?re vu leurs enfants depuis un an (Furstenberg et Nord, 1985). Mes chiffres se rapportant a toutes les enfants canadiens paraissent legerement inferieurs (Marcil-Gratton et Le Bourdais, 1999). Une seconde etude americaine a revele qu’environ le tiers des peres n’avaient jamais surpris leurs bambins ou ne les avaient vus qu’une fois dans l’annee precedente, qu’environ quatre peres sur dix avaient vu leurs bambins de quelques fois dans l’annee a quelques fois via mois, et que le quart avaient vu leurs bambins une fois via semaine ou plus (Seltzer, 1991). Marcil-Gratton et Le Bourdais (1999) ont constate que le type d’union des parents avant leur separation avait un impact concernant la frequence des contacts pere-enfant apres le divorce. Ainsi, les parents non gardiens qui etaient conjoints aussi avant la separation avaient moins de relations avec leurs enfants que ceux qui avaient ete maries (21 % et 11 % respectivement). L’age des enfants i  l’instant de la separation est aussi considere comme un facteur important dans les relations pere-enfant. Ainsi, les contacts etaient plus frequents quand les bambins etaient plus vieux i  l’instant une separation (Le Bourdais, Juby et Marcil-Gratton, 2001) le voir maintenant.

Notre diminution des relations avec le parent non gardien expliquerait-elle les problemes d’adaptation de Divers enfants touches par un divorce? Mes etudes empiriques seront parvenues a des conclusions incompatibles qui, en regle generale, ne repondent jamais dans l’affirmative a votre question. Plusieurs chercheurs n’ont etabli aucune relation entre la frequence des visites et ses consequences pour l’enfant (McLanahan et Sandefur, 1994). D’autres ont etabli que les contacts frequents avec le parent non gardien sont associes a une meilleure adaptation, mais juste quand le niveau de conflits interparentaux est peu eleve (Kelly, 2000; Wallerstein et Kelly, 1980).

Pour resumer, des chercheurs ne font pas vraiment de lien entre l’absence du parent qui n’a pas la vais garder ou la frequence des visites et le bien-etre de l’enfant, tout en soulignant que d’autres elements qui ont 1 effet sur le bien-etre de l’enfant doivent se tomber sur dans les familles touchees avec un divorce.

3.2 Relations parents-enfants difficiles

Bon nombre d’etudes n’ont cesse de rapporter qu’en regle generale nos relations entre les parents et des bambins des familles touchees via un divorce paraissent moins positives que des relations entre des parents et nos enfants des familles intactes (Amato et Keith, 1991a; Hetherington, 1989, 1993). Entre autres, les donnees recueillies indiquent que le divorce reste associe a une baisse marquee du role parental (p. ex. : mauvaise communication, marques d’affection irregulieres, discipline incoherente et degre de surveillance moindre) (Peterson et Zill, 1986; Simons et coll., 1999). En outre, tel que mentionne precedemment, des etudes prospectives indiquent que nos problemes observes au sein des relations parents-enfants des familles touchees avec un divorce etaient deja presents avant le divorce des parents (Amato et Booth, 1996), ce qui laisse entendre que le stress lie a toutes les problemes conjugaux a un impact indirecte i  propos des relations parents-enfants avant et apres le divorce des parents.

Au cadre de la etude d’envergure nationale menee aupres de 1 147 bambins americains de familles intactes ou touchees par un divorce, on a interviewe ces bambins i  propos de leur relation avec leurs parents a 2 reprises (Zill, Morrison et Coiro, 1993), soit quand ils avaient entre 12 et 16 annees (1re fois), et di?s qu’ils avaient entre 18 et 22 ans (2e fois). Sur les 1 147 enfants, 240 avaient vecu le divorce de leurs parents a un age moyen de six ans. Notre relation parents-enfants est consideree comme « mauvaise » quand l’enfant repondait au sein d‘ l’affirmative a pas de ou a 1 seul des enonces suivants : 1) impression de devenir proche du parent; 2) impression de recevoir suffisamment d’affection du parent; 3) desir de ressembler au parent; 4) impression de faire des choses qu’il kiffe avec le parent. Notre 2e fois, ce dernier enonce etait remplace avec une affirmation visant a determiner jusqu’a quel point le jeune pouvait partager des idees ou parler avec le parent.

Schreibe einen Kommentar